Le fonctionnement d’un CEFPrise en charge médico-psychologique et accompagnement éducatif renforcé.

Le Centre Educatif Fermé est un lieu de vie. Ni foyer classique, ni lieu de détention, c’est un lieu de résidence imposé à de jeunes mineurs, placés sur décision de justice.

Pour ces jeunes, âgés de 15 à 18 ans, le Centre Educatif Fermé est une alternative à la prison. Leur arrivée dans l’établissement fait souvent suite à un parcours chaotique et une histoire personnelle qui ne l’est pas moins. Multirécidivistes (commettant toujours le même délit) ou multi-réitérants (commettant des délits différents), ces mineurs sont placés dans un cadre contraint, « fermé », sous la surveillance permanente des adultes.

Accueillis et accompagnés pendant 6 mois (renouvelable une fois), ces jeunes font l’objet de mesures de surveillance et de contrôle permettant d’assurer un suivi éducatif et pédagogique renforcé, imposé par la justice, dans le cadre :
– d’un contrôle judiciaire
– d’un sursis avec mise à l’épreuve
– d’une demande de libération conditionnelle

Le placement en CEF est une mesure offerte à des jeunes motivant leur choix de s’en sortir et acceptant d’adhérer à un projet éducatif construit dans un cadre strict et réglementé ; tout manquement grave au règlement entraînant une détention.

Une équipe spécialisée et pluridisciplinaire

Chaque centre éducatif fermé Nouvel Horizon A.N.E.S.I. compte 26 personnes.
L’ensemble des salariés œuvrent sur les différents pôles, administratifs, éducatifs et de santé.
Plus particulièrement en lien avec les jeunes, les éducateurs spécialisés, techniques ou sportifs, moniteurs éducateurs, professeur des écoles, psychologue, thérapeutes, veilleurs de nuit travaillent en concertation permanente. Leurs échanges avec les intervenants extérieurs qu’ils soient formateurs, maîtres de stage mais aussi référents PJJ, avocats et juges, concourent à construire avec les jeunes une autre voie ; celle d’une insertion possible.

Six mois d’un accompagnement éducatif renforcé

Habilités et contrôlés par la Protection judiciaire de la jeunesse, les Centre Educatifs Fermés accompagnent 12 mineurs maximum par établissement dans une logique de protection et d’accompagnement éducatif afin de favoriser leur insertion sociale et professionnelle.
Cette prise en charge, commune à tous les CEF, se découpe en trois périodes.

Accueil et observation

Les premières heures sont importantes pour faciliter l’intégration du jeune au sein du centre.
Explication du strict respect du règlement, du lien permanent entre le CEF et le juge, des droits et obligations de chacun qui régissent le cadre de vie. Cette 1ère période constitue également un temps d’évaluation des aspects médicaux, psychologiques et scolaires, supports à l’individualisation de la prise en charge.

Projet éducatif individualisé

Cœur du dispositif d’accompagnement, le projet éducatif individualisé se construit avec le jeune. Prise en charge médicale si nécessaire, remise à niveau scolaire, stages en entreprises, formation professionnelle qualifiante sont au programme hebdomadaire, tout comme les activités socioculturelles et sportives ou le ré-apprentissage de la vie quotidienne et en collectivité.

Projet d’avenir et sortie

Suite naturelle du parcours entrepris au fil des semaines, les deux derniers mois du placement sont consacrés à la préparation de la sortie. Orientation scolaire, poursuite de formation, recherche d’emploi, les équipes éducatives travaillent avec le jeune, sa famille et l’ensemble des parties prenantes à la réussite d’un projet d’avenir cohérent et aux conditions favorables à une bonne réinsertion.

Contacts et liens extérieurs

Le contrôle judiciaire impose une surveillance accrue et ce, tout au long du placement en CEF.
Expliqué dans le livret d’accueil, les communications sont réglementées. A ce titre, les téléphones portables sont interdits au sein des CEF. A partir du bureau des éducateurs et en leur présence, deux appels/semaine sont possibles. La réception de colis postaux est autorisée. Ils seront cependant ouverts par un professionnel du CEF en présence du jeune. Quant aux visites ou sorties familiales, elles sont interdites sur les deux premiers mois de placement, éventuellement possibles à partir du 6e week-end et avec l’autorisation du magistrat.
A noter, le CEF du Vigeant dispose d’une maison des familles afin de faciliter les visites.

Le CEF du Vigeant (86)
Le centre éducatif fermé du Vigeant – Bramme Faim

Le CEF de Marseille
Centre éducatif fermé des Chutes-Lavie